Association Culturelle Les Spectres

William "Chance" Fisher-Hodges
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Spectres Index du Forum -> Projets en développement -> Les Secrets d'Ashcroft -> Biographies
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
krapox
Membre


Inscrit le: 14 Nov 2011
Messages: 453
IRL: Cyril Barnier
Sexe: Masculin
Spécialité: Pour le moment, rien
Localisation: Niort (79)

MessagePosté le: Mer 28 Mar - 13:02 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Nom : Fisher-Hodges

Prénoms : William Wallace

Poste : Enquêteur de l’Institut de Recherche et d’Archivage Ashcroft

William Fisher-Hodges naquit, le 3 juin 1851, de Dorothy Rose Hodges et Sir Wallace Edward Fisher, Bt, dont il fut fils unique, dans la grande ville de Londres. Sa famille est l’héritière d’un titre ayant permis à son père d’obtenir un poste administratif important au sein de la ville de Londres.

Enfant tranquille côtoyant la bourgeoisie londonienne, il grandit sans souci, jusqu'au jour de la disparition de son père, en 1866. William a alors 15 ans et se referme sur lui-même. Voyant les recherches s'essouffler et sa mère abandonner tout espoir, il décida de mener sa propre enquête. Sa mère, alors inquiète de voir son fils s'adonner à cette ridicule passion, alla quérir l'aide du médecin de famille. Ce dernier recommanda de le laisser faire. Cela pouvait l'aider à admettre cette disparition. L'entourage de Sir W. E. Fisher se prit au jeu et répondit aux questions de l'adolescent en quête de vérité.

Les recherches de William le menèrent à la Tamise. Son père avait beaucoup de connaissances, mais aucun véritable ami, en conclut William. Et cela avait dû le rendre malheureux et le conduisit certainement au suicide. Wiliam refusa le titre de Baronnet, persuadé que cela fut la cause du malheur de son père.

L'enquête fut close le 15 juin 1867, avec la découverte du corps mort de Sir Wallace Fisher. Cause du décès : meurtre à cause d'une dette de jeu. William avait échoué. Dès lors, il se promit de devenir enquêteur et surtout, de ne jamais conclure à la hâte.

Il parvint à obtenir un diplôme universitaire de bibliothécaire. Sa vie pouvait ressembler à un échec sur de nombreux points mais William en avait une force : volonté de fer et sens critique aiguisé. Ceci le conduisit à assister les enquêteurs de Scotland Yard plusieurs fois, en tant que consultant. Et finalement, ces détours avaient éveillé en William une curiosité pour les évènements étranges. Il croyait en la destinée et la chance, et alimentait ces croyances avec les livres auxquels il avait accès à la bibliothèque du British museum, où il travaillait depuis 1875.

Il fut remarqué par l'enquêteur Eckhart Bane de l'Institut de Recherche et d'Archivage Ashcroft, lors d'une enquête au sujet d'une relique volée au British museum, en 1878. Il assista quelques enquêteurs de l’Institut en tant que consultant, comme il le faisait avec Scotland Yard, puis rejoignit l’équipe de l’Institut Ashcroft en 1881. Sa persévérance à croire en la chance lui valut le surnom de « Chance » au sein de l'Institut.


Nom : Fisher-Hodges

Prénoms : William

Poste : Enquêteur de l’Institut de Recherche et d’Archivage Ashcroft

William Fisher-Hodges naquit, le 3 juin 1851 à Londres, de Sir Wallace Edward Fisher, Bt et Dorothy Rose Hodges, dont il fut l'unique enfant. Son père était l’héritier d’un titre lui ayant permis d’obtenir un poste administratif important au sein de la capitale britannique.

Enfant tranquille côtoyant la bourgeoisie londonienne, il grandit sans souci, jusqu'au jour de la disparition de son père, en 1866. William était alors âgé de 15 ans et se referma sur lui-même. Voyant les recherches s'essouffler et sa mère abandonner tout espoir, il décida de mener sa propre enquête. Sa mère, alors inquiète de voir son fils s'adonner à cette ridicule passion, alla quérir l'aide du médecin de famille. Ce dernier recommanda de le laisser faire, car il pourrait ainsi admettre cette disparition. L'entourage de Sir Wallace E. Fisher se prit au jeu et répondit aux questions de l'adolescent en quête de vérité.

Les recherches de William le menèrent à la Tamise : Son père avait beaucoup de connaissances, mais aucun véritable ami, selon les conclusions de William rapportées à sa mère. L'adolescent ajouta que c'était ce qui rendit son père malheureux et le conduisit au suicide. William refusa donc le titre de Baronnet, persuadé que cela fut la cause du malheur de son père.

L'enquête fut close le 15 juin 1867, avec la découverte du corps de Sir Wallace E. Fisher. Cause du décès : meurtre pour dette de jeu. William avait échoué. Dès lors, il se promit de devenir enquêteur et surtout, de ne jamais conclure à la hâte.

Il parvint à obtenir un diplôme de bibliothécaire à l'University College London. Il avait souhaité faire des études dans cette université publique où il n'y avait aucune distinction sociale.

Sa vie pouvait ressembler à un échec sur de nombreux points mais William en avait fait une force : volonté de fer et sens critique aiguisé. Il passa son temps à lire et parfaire ses connaissances. Chose aisée puisqu'il travaillait au British museum depuis 1875. Cette fonction lui permettait d'avoir à sa disposition de multiples ouvrages. Il découvrit là une nouvelle passion pour la chance, réussissant à mieux comprendre plusieurs faits de son passé à l'aide d'explications issues de manuscrits relatant des faits ésotériques : notamment la mort de son père. Il fut alors persuadé qu'il était possible de contrôler sa destinée en s'appliquant à croire en la bonne ou mauvaise fortune de chacun. Peu à peu, il s'était plongé dans la recherche de faits étranges ou inexpliqués. Ainsi, il fut contacté par des enquêteurs de Scotland Yard en tant que consultant, lors d'affaires mystérieuses, ayant trait à l'ésotérisme.

En 1881, Eckhart Bane, de l'Institut de Recherche et d'Archivage Ashcroft, le contacta et l'intègra à l'équipe d'enquêteur. Sa croyance lui valut le surnom de « Chance » au sein de l'Institut.

En 1889, il fut affecté par une créature l'ayant tourmenté. Il suivit, depuis lors, une thérapie psychologique adaptée, grâce aux psychologues de l'Institut. Il ne se remit pas vraiment mais continua de travailler pour l'Institut Ashcroft de façon, toutefois, plus occasionnelle. Son discernement semblait être atteint et l'ensemble des enquêteurs s'accordaient à ne plus prendre pour acquis les dires de William Fisher-Hodges.


Nom : Fisher-Hodges

Prénoms : William

Poste : Enquêteur de l’Institut de Recherche et d’Archivage Ashcroft

William Fisher-Hodges est né, le 3 juin 1851 à Londres, de Sir Wallace Edward Fisher, Bt et Dorothy Rose Hodges, dont il est l'unique enfant. Son père est l’héritier d’un titre de baronnet lui ayant permis d’obtenir un poste administratif important au sein de la capitale britannique.

Enfant tranquille côtoyant la bourgeoisie londonienne, il grandit sans souci, jusqu'au jour de la disparition de son père, en 1866. William est alors âgé de 15 ans et se referme sur lui-même. Voyant les recherches s'essouffler et sa mère abandonner tout espoir, il décide de mener sa propre enquête. Sa mère, inquiète de voir son fils s'obstiner vainement, est allé quérir l'aide du médecin de famille. Ce dernier recommande alors de le laisser faire, car il pourra ainsi admettre cette disparition. D'ailleurs, l'entourage de Sir Wallace E. Fisher se prend au jeu et répond aux questions de l'adolescent en quête de vérité.

William remarque très vite que son père a beaucoup de connaissances mais aucun véritable ami. Encore jeune et naïf, il conclut immédiatement au suicide. En effet, cela semble pour lui une bonne raison pour en finir avec la vie. Le 15 juin 1867, rapportant ses conclusions à sa mère et fier de son enquête, il la découvre en pleurs. Elle lui annonce que le corps de son père a été retrouvé au bord de la Tamise, à la sortie de Londres, côté Est. Il ne serait pas suicidé mais aurait été abattu à coups de couteau, après avoir accumulé des dettes de jeu. Le jeu. Voilà ce qui devait maintenir son père en vie malgré l'absence d'ami. William s'en veut tellement d'avoir complètement ignoré cette piste qu'il a honte et refuse le titre de baronnet, hérité de son défunt père. Il se promet également que, dès lors, il fera tout pour devenir enquêteur et ne conclura jamais à la hâte.

Il souhaite faire ses études supérieures à l'University College London, université publique où il n'y a aucune distinction sociale. Ainsi, il découvre la vie en dehors de la bourgeoisie londonienne. Après plusieurs années, où il brille par son opiniâtreté au travail, il parvient à obtenir un diplôme de bibliothécaire.

Sa formation lui ouvre les portes du British museum en 1875, en tant qu'archiviste. Cette fonction lui permet d'avoir à sa disposition de multiples ouvrages de toute sorte. Il passe ainsi son temps à lire et parfaire ses connaissances, se passionnant très vite pour une nouvelle croyance : la chance. Peu à peu, il parvient à mieux comprendre certains faits de son passé, à l'aide d'explications issues d'anciens manuscrits, relatant des faits ésotériques : notamment la mort de son père. Il est alors persuadé qu'il est possible de contrôler sa destinée, en s'appliquant à croire en la bonne ou mauvaise fortune de chacun. Peu à peu, il s'est plongé dans la recherche de faits étranges ou inexpliqués. Cela le conduit a s'immiscer dans des enquêtes officielles, et parfois, proposant son point de vue excentrique, il aide les enquêteurs à résoudre des énigmes particulièrement mystérieuses. Il assiste ainsi les enquêteurs de Scotland Yard qui, rapidement, apprécient sa précieuse aide.

En 1881, alors que William est reconnu dans le milieu de l'enquête paranormale, Eckhart Bane, de l'Institut de Recherche et d'Archivage Ashcroft, le contacte et l'intègre à l'équipe d'enquêteurs. Sa croyance lui vaut le surnom de « Chance » au sein de l'Institut.

En 1889, il est affecté par une créature l'ayant tourmenté. Il suit alors une thérapie adaptée, grâce aux psychologues de l'Institut. Il ne se remet pas vraiment mais continue de travailler pour l'Institut Ashcroft de façon, toutefois, plus occasionnelle. Son discernement semble être atteint et l'ensemble des enquêteurs s'accordent à ne plus tenir pour acquis les dires de William Fisher-Hodges.


William Fisher-Hodges est né le 3 juin 1851 à Londres, de Sir Wallace Edward Fisher, Bt et Dorothy Rose Hodges, dont il est l'unique enfant. Son père est l’héritier d’un titre de baronnet lui ayant permis d’obtenir un poste administratif important au sein de la capitale britannique.

Enfant tranquille côtoyant la bourgeoisie londonienne, il grandit sans souci, jusqu'au jour de la disparition de son père, en 1866. William est alors âgé de 15 ans et se renferme sur lui-même. Voyant les recherches s'essouffler et sa mère abandonner tout espoir, il décide de mener sa propre enquête. Sa mère, inquiète de voir son fils s'obstiner vainement, demande conseil au médecin de famille qui lui recommande de le laisser faire : mener l'enquête pourrait permettre à son fils de faire son deuil. L'entourage de Sir Wallace se prend dès lors au jeu et répond aux questions de l'adolescent en quête de vérité.

William découvre au fil de ses entretiens avec la famille et les proches de son père que ce dernier était un solitaire : il entretenait des relations cordiales avec les gens, mais n'avait aucun véritable ami. Le jeune homme réalise aussi, grâce à ces témoignages, que son père était un homme malheureux ; se mettant à sa place et imaginant sa détresse, il finit par être persuadé que Sir Wallace, dans sa solitude, voulait en finir avec la vie. Le 15 juin 1867, rapportant ses conclusions à sa mère, il la découvre en pleurs. Elle lui annonce que le corps de son père a été retrouvé au bord de la Tamise, à la sortie de Londres, côté Est. Il ne se serait pas suicidé mais aurait été abattu à coups de couteau, après avoir accumulé des dettes de jeu.

Le jeu. Voilà ce qui maintenait son père en vie malgré sa solitude. William comprend qu'il s'est fourvoyé en explorant trop superficiellement certaines pistes et en se laissant guider par ses sentiments personnels. Son propre échec et la découverte de la double vie de son père lui font honte ; poussé par la colère et la déception, il refuse le titre de baronnet dont il doit hériter : sans se l'avouer, il craint que ce titre ne le pousse dans les mêmes retranchement que son géniteur. Il se promet également que, dès lors, il fera tout pour ne plus se laisser influencer par ses émotions, qu'il juge trompeuses, et décide de mettre sa vie au service de la justice et de la vérité.

Hanté par son désir d'échapper à ses origines, il décide de poursuivre ses études supérieures à l'University College of London, université publique où il n'y a aucune distinction sociale. Ainsi, il découvre la vie en dehors de la bourgeoisie londonienne. Après plusieurs années, où il brille par son opiniâtreté au travail, il obtient un diplôme de bibliothécaire.

Sa formation lui ouvre les portes du British museum en 1875, en tant qu'archiviste. Cette fonction lui permet d'avoir à sa disposition de multiples ouvrages. Il passe son temps à lire et à parfaire ses connaissances, se passionnant pour un sujet qui résonne tout particulièrement avec son passé : le destin et la chance. Peu à peu, il applique ses théories ésotériques, tirées d'anciens manuscrits, à sa propre vie et à la mort de son père. Il se persuade qu'il est possible de contrôler sa destinée, en s'appliquant à croire en la bonne ou en la mauvaise fortune de chacun. Son engouement devient lentement une obsession : il se lance dans la recherche de faits étranges ou inexpliqués attestant ses théories.

Finalement, toujours poussé par sa soif de vérité, il est amené par hasard à être mêlé à une enquête sur meurtre près de chez lui ; grâce à son point de vue excentrique et à son soucis d'explorer toutes les pistes, il parvient à aider les policiers. Dès lors, il décide de se fait connaître de Scotland Yard en tant que consultant, et très vite, les enquêteurs font appel à lui dans des cas désespérés.

En 1881, alors que William est reconnu dans le milieu de l'enquête paranormale, Eckhart Bane, de l'Institut de Recherche et d'Archivage Ashcroft, le contacte et l'intègre à son équipe. A cause de ses théories sur la bonne fortune, il est surnommé « Chance » par ses collègues de l'Institut.

En 1889, il est atteint de troubles nerveux et de confusion suite à sa confrontation avec une créature. Il suit alors une thérapie adaptée, accompagné par les psychologues de l'Institut. Il ne se remettra jamais vraiment de cet incident mais continuera à travailler pour l'Institut Ashcroft de façon, toutefois, plus occasionnelle. Son discernement semble être atteint et l'ensemble des enquêteurs s'accorde à ne plus tenir pour acquis ses dires.

FIN DE VIE :
William est souvent aperçu dans les couloirs des archives de l'institut. Il passe la fin de sa vie à éviter les expériences de terrain, préférant la sécurité des étagères et des tiroirs. Il se renferme sur lui-même, car sa confiance en l'autre a été trop atteinte pour lui permettre de se lier.

C'est lors d'une enquête sur le terrain, que William Fisher-Hodges décède le 5 janvier 1902, alors âgé de 50 ans. Sa mort reste, à l'heure actuelle, inexpliquée.

_________________
“J’entends, j’oublie.
Je vois, je me souviens.
Je fais, je comprends.” Confucius
Ma page web...


Dernière édition par krapox le Mer 31 Oct - 10:34 (2012); édité 9 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 28 Mar - 13:02 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
krapox
Membre


Inscrit le: 14 Nov 2011
Messages: 453
IRL: Cyril Barnier
Sexe: Masculin
Spécialité: Pour le moment, rien
Localisation: Niort (79)

MessagePosté le: Mer 28 Mar - 15:32 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Une question : existe-t-il une aile psychologie dans l'institut ? J'entends par là, une sorte d'asile pour enquêteurs.
_________________
“J’entends, j’oublie.
Je vois, je me souviens.
Je fais, je comprends.” Confucius
Ma page web...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Loreena Ruin
Membre du C.A.


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 717
IRL: Lisa
Sexe: Féminin
Spécialité: Poésie, correction

MessagePosté le: Mer 28 Mar - 17:13 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

krapox, mon personnage est psychiatre ; je voulais le soumettre à Loic prochainement, mais je pense qu'elle ferait une très bonne psychothérapeute pour enquêteurs traumatisés... Donc, pour commencer, il serait logique qu'il y ait un poste pour s'occuper des déboires psychologiques des enquêteurs.

... mais de là à créer un asile pour enquêteurs... il faut y réfléchir.

Le but à mon avis en ayant un expert psychiatre en poste, devrait plutôt être, grâce à des expertises régulières, d'évaluer l'état psychique des enquêteurs, d'éventuellement leur imposer un suivi psychothérapique, voire de les mettre à la retraite d'office avant qu'ils ne deviennent fous. J'aime mieux que les enquêteurs devenus "fragiles" puissent finir leur jours paisiblement chez eux, pas dans un asile.

Par contre, pourquoi ne pas garder à l'Institut ceux qui n'ont pas de famille ?

Je souligne que, logiquement, tous les enquêteurs devraient pouvoir avoir un pied à terre à l'Institut ; les membres qui sont présents le plus souvent ou qui n'ont pas d'autre endroit où aller pourraient même y avoir une chambre etc... il faudrait voir avec Loïc.

Une fois les choses posées, il faudra créer, à mon avis, une carte de l'Institut avec les différentes sections, labo, bureau, chambres...
_________________
"So we beat on, boats against the current, borne back ceaselessly into the past." (F. S. Fitzgerald)


Revenir en haut
Skype
Loreena Ruin
Membre du C.A.


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 717
IRL: Lisa
Sexe: Féminin
Spécialité: Poésie, correction

MessagePosté le: Jeu 29 Mar - 12:30 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Sinon, pour le texte ; je vais t'embêter un peu et te surligner des passages qui sont, selon moi, à reformuler (voir spoiler) : en rouge les répétitions ou formulations vraiment gênantes, en vert les éléments à reformuler. J'ai souligné les éléments à préciser et mis entre parenthèse mes remarques ou d'éventuelles propositions de reformulation ; lorsqu'un mot du texte est mis entre parenthèse, il s'agit d'un élément qui alourdit et ne semble pas nécessaire.

Après, il manque toute la partie de la vie de ton perso, lorsqu'il travaille à l'Institut, au moins jusqu'en 1910 (date de la fermeture de l'Institut). Il faut décider si nos biographies s'arrêtent en 1910 ou si, pour ceux qui sont encore en vie à cette date, on raconte aussi ce qui se passe après l'Institut. Penses-y au cas ou. En tout cas, les fiches d'Eckhart Bane et d'Anthéa Gladstone (mon perso) s'arrêtent à leur mort.


William Fisher-Hodges naquit (= est né) le 3 juin 1851, de Dorothy Rose Hodges et Sir Wallace Edward Fisher, Bt, (attention, le nom du père est en général cité en premier surtout s'il est baron) dont il fut (= est) fils unique (= l'unique fils), dans la grande ville de Londres. Sa famille (=> parle plutot du grand père ou des ancêtres, seul le fils ainé de la famille porte le titre, toute la famille n'est donc pas héritière) est l’héritière d’un titre ayant permis à son père d’obtenir un poste administratif important au sein de la ville de Londres.

Enfant tranquille côtoyant la bourgeoisie londonienne, il grandit sans souci, jusqu'au jour de la disparition de son père, en 1866. William a alors 15 ans (= est alors âgé de 15ans) et se referme sur lui-même. Voyant les recherches s'essouffler et sa mère abandonner tout espoir, il décida (= attention au temps ! tu es au présent de narration dans la phrase précédente ("a" et "referme") il faut faire un choix ; je pencherais pour le passé simple et/ou le passé composé) de mener sa propre enquête. Sa mère, (alors) inquiète de voir son fils s'adonner à cette ridicule passion, alla quérir l'aide du médecin de famille. Ce dernier recommanda de le laisser faire. (= je mettrais peut-être ":" ici) Cela pouvait l'aider à admettre cette disparition. L'entourage de Sir W. E. Fisher se prit au jeu et répondit aux questions de l'adolescent en quête de vérité.

Les recherches de William le menèrent à la Tamise. Son père avait beaucoup de connaissances, mais aucun véritable ami (euh ? oui, un peu vague et sur le coup on se demande le rapport entre cette phrase et la Tamise), en conclut William. Et cela avait dû le rendre malheureux (attention, on se suicide rarement juste parce qu'on a pas d'ami et le terme "malheureux" est bien trop faible ; la formulation est un peu enfantine) et le conduisit certainement au suicide. Wiliam refusa le titre de Baronnet, persuadé que cela fut la cause du malheur de son père.

L'enquête fut close le 15 juin 1867, avec la découverte du corps mort de Sir Wallace Fisher. Cause du décès : meurtre à cause d'une (= pour ?) dette de jeu. William avait échoué. Dès lors, il se promit de devenir enquêteur et surtout, de ne jamais conclure à la hâte.

Il parvint à obtenir un diplôme universitaire de bibliothécaire (= es-tu certain que cela existait à l'époque ?). Sa vie pouvait ressembler (=ressemblait ?) à un échec sur de nombreux points mais William en avait une force (à reformuler) : une volonté de fer et un sens critique aiguisé. Ceci (= attention tu utilises beaucoup "ceci" et "cela" pour passer d'un évènement à un autre ; essaye d'utiliser d'autres connecteurs : "c'est pourquoi", "de ce fait" etc...) le conduisit à assister les enquêteurs de Scotland Yard plusieurs fois, en tant que consultant. (Attention je pense qu'il faut que tu justifies le fait que Scotland Yard le prenne comme consultant : explique que c'est un auto-didacte à la Sherlock Holmes :p) Et finalement, ces détours avaient éveillé (=éveillèrent) en William une curiosité pour les évènements étranges (pourquoi ? explique mieux). Il croyait depuis toujours (= ou "il avait toujours cru") en la destinée et la chance, et alimentait ces (ses ?) croyances avec (à reformuler : "au moyen de", "grâce à" etc...) les livres auxquels il avait accès à la bibliothèque du British museum, où il travaillait depuis 1875.

Il fut remarqué par l'enquêteur (= évite de trop utiliser la voix passive quand tu peux utiliser la voix active, moins "lourde" : "l'enquêteur X le remarqua...") Eckhart Bane de l'Institut de Recherche et d'Archivage Ashcroft, lors d'une enquête au sujet d'une relique volée au British museum, en 1878. Il assista quelques enquêteurs de l’Institut en tant que consultant (à reformuler plus simplement et en évitant les répétitions : "il travailla comme consultant pour l'Intitut.."), comme il le faisait avec Scotland Yard, puis rejoignit l’équipe (de l’Institut Ashcroft) en 1881. Sa persévérance à croire en la chance lui valut le surnom de « Chance » au sein de l'Institut.

_________________
"So we beat on, boats against the current, borne back ceaselessly into the past." (F. S. Fitzgerald)


Revenir en haut
Skype
krapox
Membre


Inscrit le: 14 Nov 2011
Messages: 453
IRL: Cyril Barnier
Sexe: Masculin
Spécialité: Pour le moment, rien
Localisation: Niort (79)

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 08:28 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Ah ok, je pensais que l'exemple allait jusqu'à la mort parce qu'il mourrait pendant la période active de l'Institut. Il faudrait savoir qui écrit ces fiches de renseignements (dans l'histoire).

Je lis ta correction.
_________________
“J’entends, j’oublie.
Je vois, je me souviens.
Je fais, je comprends.” Confucius
Ma page web...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Loreena Ruin
Membre du C.A.


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 717
IRL: Lisa
Sexe: Féminin
Spécialité: Poésie, correction

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 10:03 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Citation:
Il faudrait savoir qui écrit ces fiches de renseignements (dans l'histoire).
Bien d'accord... si tu vas dans avancée du projet, tu verras que certains éléments de réponse ont été donnés.
_________________
"So we beat on, boats against the current, borne back ceaselessly into the past." (F. S. Fitzgerald)


Revenir en haut
Skype
Jackal
Membre du C.A.


Inscrit le: 05 Aoû 2011
Messages: 853
IRL: Loïc BILLANT
Sexe: Masculin
Spécialité: Dessineux-écrivaillo
Localisation: Nancy

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 10:26 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Krapox: je refuse le nom William Wallace. D'une part pour la référence, et de deux parce qu'à cause de Luca, je ne ferai que me marrer pendant la lecture.

Ensuite pour ce qui est des membres de l'institut, il y a psychologie, oui, il y n'y a qu'un dortoir qui peu accueillir les membres qui ne peuvent rentrer chez eux. Le directeur et le personnel d'entretient on des chambres.
_________________
Corruptus Optimus Pestiferas.

Mon blog: http://jackalht.over-blog.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
krapox
Membre


Inscrit le: 14 Nov 2011
Messages: 453
IRL: Cyril Barnier
Sexe: Masculin
Spécialité: Pour le moment, rien
Localisation: Niort (79)

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 11:22 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Oh zut ! J'avais complètement pas fait de référence mais maintenant que tu me le dis... En effet. Après, il y en a surement eu plusieurs des William Wallace... Mais si tu préfères, je ne lui donne pas de deuxième prénom.
_________________
“J’entends, j’oublie.
Je vois, je me souviens.
Je fais, je comprends.” Confucius
Ma page web...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Loreena Ruin
Membre du C.A.


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 717
IRL: Lisa
Sexe: Féminin
Spécialité: Poésie, correction

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 11:32 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Moi je n'ai rien contre le nom ; mais William tout seul c'est bien zaussi. :-) Si tu as des questions, krapox, sur mes remarques, n'hésite pas. Je sais que mes com' peuvent paraître froids, c'est juste que j'essaye toujours d'avoir un regard objectif sur les textes même quand je connais l'auteur (et que je l'apprécie), sans quoi mes critiques ne vaudraient pas grand chose... Si tu veux poster une nouvelle version, tu peux éditer ton premier post, mais laisse la version "originale" en spoiler.
_________________
"So we beat on, boats against the current, borne back ceaselessly into the past." (F. S. Fitzgerald)


Revenir en haut
Skype
krapox
Membre


Inscrit le: 14 Nov 2011
Messages: 453
IRL: Cyril Barnier
Sexe: Masculin
Spécialité: Pour le moment, rien
Localisation: Niort (79)

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 11:37 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Pas de souci, j'ai retravaillé le texte en apportant des précisions et une narration tout au présent cette fois. Ma phrase au présent était une erreur dans la première version.

Le texte que j'écris raconte cet épisode de 1889, donc je ne sais comment le dire pour éviter le spoil.
_________________
“J’entends, j’oublie.
Je vois, je me souviens.
Je fais, je comprends.” Confucius
Ma page web...


Dernière édition par krapox le Ven 30 Mar - 11:38 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Loreena Ruin
Membre du C.A.


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 717
IRL: Lisa
Sexe: Féminin
Spécialité: Poésie, correction

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 11:38 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Tout au présent ? J'aurais plutot alterné passé simple/passé composé. Regarde un article biographique sur wikipédia, si tu veux un exemple.
_________________
"So we beat on, boats against the current, borne back ceaselessly into the past." (F. S. Fitzgerald)


Revenir en haut
Skype
Felwynn
Membre du Bureau


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 1 203
IRL: Luca BOBENRIETH
Sexe: Masculin
Spécialité: Graphisme, illu et V
Localisation: Verdun

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 11:40 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Luca a écrit:
"Pourquoi William Wallace? Vous avez mis Wiliam Wallace là-dedans? Si je retrouve William Wallace là-dedans, c'est sûr qu'on va causer."

Moi ça me semble pas mal, une fois respectées les quelques de Loreena Wink
_________________
Mais pas trop.


Revenir en haut
krapox
Membre


Inscrit le: 14 Nov 2011
Messages: 453
IRL: Cyril Barnier
Sexe: Masculin
Spécialité: Pour le moment, rien
Localisation: Niort (79)

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 11:40 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

C'est ta correction qui m'a fait mettre au présent ^^ C'était fait ainsi (excepté une phrase qui était une erreur d'étourderie) et tu m'as donné le choix...

Je reprends tout au passé.
_________________
“J’entends, j’oublie.
Je vois, je me souviens.
Je fais, je comprends.” Confucius
Ma page web...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
krapox
Membre


Inscrit le: 14 Nov 2011
Messages: 453
IRL: Cyril Barnier
Sexe: Masculin
Spécialité: Pour le moment, rien
Localisation: Niort (79)

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 11:58 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

Voilà. J'ai conservé le passé simple pour récit.
_________________
“J’entends, j’oublie.
Je vois, je me souviens.
Je fais, je comprends.” Confucius
Ma page web...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Loreena Ruin
Membre du C.A.


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 717
IRL: Lisa
Sexe: Féminin
Spécialité: Poésie, correction

MessagePosté le: Ven 30 Mar - 12:46 (2012)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges Répondre en citant

J'ai dit un bêtise excuse moi ; le présent et le passé composé sont préférables pour un certain nombre de passage... (tu vas être traumatisé par les temps après ça !) peux-tu remettre la version au présent que tu avais mise ? en gardant éventuellement des passages au passé. Désolée je t'ai mal aiguillé.
_________________
"So we beat on, boats against the current, borne back ceaselessly into the past." (F. S. Fitzgerald)


Revenir en haut
Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:58 (2018)    Sujet du message: William "Chance" Fisher-Hodges

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Spectres Index du Forum -> Projets en développement -> Les Secrets d'Ashcroft -> Biographies Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com